Sécurité : l’Armée malienne se renforce malgré…

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« L’armée du Mali, en progrès mais peut mieux faire ». C’est du moins  le constat fait  par nos confrères de MEDIAPART  dans leur publication du Mardi 10 AVRIL 2018.  Accusées d’exactions plusieurs fois dans le Nord et le Centre du pays par certaines ONG internationales, les Fama continuent leurs marches  vers l’ascension. Naguère, le ministre de la défense et des anciens combattants, Tiénan Hubert Coulibaly  a indiqué que l’armée travaille dans le respect des droits du Mali et lorsque quelqu’un sort de la loi, il reçoit le traitement approprié dicté par la loi.

A en croire MediaPart, les Fama ont subi de lourdes pertes : 180 militaires ont été tués entre janvier et juin 2017, 68 entre octobre 2017 et mars 2018. « Le plus souvent lors d’embuscades, d’attaques contre leurs camps ou dans l’explosion de mines artisanales. Derrière cette hécatombe, une certitude rassurante voudrait pourtant se dessiner à force de discours : l’armée malienne se renforce, gagne en confiance et sera bientôt à la hauteur du combat à mener. L’expression montée en puissance  résume cette idée. Elle est devenue une antienne, utilisée », soutient le Journal français.

En septembre 2017 dans un rapport, l’ONG Human Rights Watch a réclamé lundi 9 avril des enquêtes concernant « la mort en détention de 27 hommes, et la torture grave de deux autres, en février, mars et avril 2018 pendant l’opération Dambe », menée en début d’année dans plusieurs régions du pays.

Le dimanche 6 avril 2018, les Fama ont annoncé la mort de « 14 suspects terroristes à la suite d’une présumée tentative d’évasion » à Dioura, dans la région de Mopti. Mais cette annonce sera mise cause par  l’association peule Tabital Pulaaku, qui dénonce des exécutions sommaires. Le ministère de la défense a annoncé deux jours plus tard l’ouverture d’enquêtes « de manière à traduire les éventuels auteurs en justice ».

Nonobstant, ces  constats  négatifs les militaires maliens de ca et là, les autorités maliennes et le peuple font confiance au Fama. « L’armée du Mali a le moral au beau fixe parce qu’elle est soutenue par le Peuple du Mali », a soutenu le ministre défense et des anciens combattants lors de son entrevue avec nos confrères de la RFI.

Se prononçant sur l’attaque terroriste à  Dioura sur RFI, Tiénan Coulibaly a déclaré qu’il fallait arrêter de culpabiliser l’armée malienne. « Pourquoi on veut faire croire que l’armée du Mali, elle, est dirigée non pas contre les terroristes, mais contre des citoyens maliens ? » s’est-t-il interrogé.

De son coté, le commandant de la force Barkhane avait apporté le 22 mars son soutien à ses compagnons d’armes maliens, a salué les efforts de fama.  « Je ne connais pas d’armée qui serait capable d’être engagée sur le terrain massivement comme elle l’est et en même temps de se restructurer en profondeur. Donc il est facile de critiquer mais l’action est plus difficile. Moi, je tiens à saluer les efforts de cette armée malienne », a-t-il déclaré à la presse le 22 mars

L’Etat n’a pas lésiné sur les moyens quant à l’équipement et la formation des militaires. Pour ce faire, « d’importants moyens ont effectivement été déployés pour faire renaître l’armée malienne de ses cendres. La loi d’orientation et de programmation militaire 2015-2019 prévoit un investissement de près de 1,9 milliard d’euros et le recrutement de 10 000 nouveaux éléments », a souligné le journal.

Le 11 février 2018, le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga a adopté une posture de reconquête. «  Nous avons décidé de déployer progressivement un effectif important des Fama dans la région de Mopti pour qu’il n’y ait plus un mètre carré du territoire qui soit hors de notre contrôle »,a-t-il déclaré au centre du Pays.

L’attaque du camp militaire de Soumpi, le 27 janvier, au cours de laquelle 14 soldats maliens ont été tués et le camp pillé, ne contredirait pas cette tendance positive. « Même si des équipements militaires ont été emportés, les Fama ont plus combattu cette foisci, en comparaison de ceux qui avaient fui lors de la dernière attaque du chantier Sogea-Satom, considère une source sécuritaire internationale. Les pertes ont même été plus importantes du côté des terroristes »

À Soumpi, nulle aide aux militaires maliens n’est venue du ciel. À 95 km de là, le camp de la Minusma de Goundam n’a pas d’hélicoptères et les appareils n’auraient de toute façon pas pu intervenir de nuit. Selon Mediapart, cette attaque n’a par ailleurs pas été communiquée en direct mais après coup.

« Les Fama veulent évoluer seules sans tenir compte de l’assistance internationale. Cela les pousse quelquefois à ne pas solliciter l’aide étrangère. Et les aéronefs dont elles disposent ne tirent pas à cause des défaillances liées à l’aviation malienne en quête d’opérationnalité », rapporte une autre source.

Désormais, il faudrait compter sur l’armée malienne qui commence à  produire des résultats sur le font.

La Redaction 


Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire